• Jusqu’à présent, l’enregistrement et l’identification des chats par puce électronique n’étaient obligatoires que pour les sujets commercialisés ou en cas de changement de propriétaire. Dès 2017, dans les trois Régions du pays, cette loi s’appliquera obligatoirement à tous les chats et chatons (qu’ils sortent ou non à l’extérieur) avant leur douzième semaine.Cette obligation légale vise un double objectif : permettre une recherche plus efficace d’un animal trouvé, mais aussi assurer un contrôle efficient de la législation en vigueur en matière de stérilisation des chats afin, à terme, de diminuer la surpopulation féline et le nombre de chats euthanasiés dans les refuges.

 

Allo Docteur,  c’est  la  rentrée ! 

A la rentrée, à la fin de l’été, elles sont de retour : c’est la saison des puces !

Pendant les vacances votre chien a échappé à la borréliose, la leishmaniose, la toux des chenils etc … parce que vous étiez bien préparé, la prophylaxie bien organisée par votre vétérinaire et, grâce à lui aussi, votre chat n’a pas souffert des coryza, teigne, ou autre leucose.

Mais la lutte contre les puces est un éternel recommencement : elles ne disparaîtront jamais ! On ne peut pas à proprement parler de résistance à certaines médications, elles disposent d’un cycle de reproduction redoutable, et pendant que vous en détruisez quelques-unes, les petits œufs vont éclore et c’est reparti, les jeunes générations vont repeupler vos parquets.

C’est en effet sur le sol de nos habitations (une puce peut sauter au maximum à 30 cm de hauteur) que va se réaliser le cycle de la reproduction : par conséquent vous ne verrez que des puces adultes sur nos compagnons, principalement sur le dos à la base de la queue. Entre les poils vous pourrez aussi  trouver des crottes de puces : minuscules vermicelles noirs qui crissent sous les doigts, et qui deviennent rouges au contact de l’eau. (Si vous frottez les poils de votre chat au-dessus d’un lavabo mouillé les crottes se transforment en taches sanguinolentes).

Les puces, mâle et femelle, sont des insectes piqueurs, qui se nourrissent de sang. Leur durée de vie est de10 jours, après quoi elles meurent spontanément, mais chaque jour une puce femelle peut pondre de 10 à 50 œufs ! Le calcul est vite fait.

Après 10 jours l’œuf va éclore et donner naissance à une minuscule larve rosâtre. A ce stade larvaire notre puce est un insecte broyeur, la larve se nourrissant des proglottis de dipylidium, ces « morceaux » de ténia sont remplis à leur tour d’œufs de taenia qui vont migrer vers les glandes salivaires de la future puce. Encore 10 jours, et la larve se transforme en puce adulte prête à piquer et injecter l’œuf de taenia sous la peau de nos animaux de compagnie.

Le cycle de reproduction est donc de 20 jours ou 3 semaines.

Mais dans certaines circonstances mystérieuses la larve va muter et s’entourer d’un épais cocon très résistant, dans lequel la future jeune puce peut résister jusqu’à 1 an, nichée bien à l’abri entre les lattes du plancher puis, comme une génération spontanée, éclore par centaines en quelques minutes. Ce sont d’ailleurs les vibrations produites par les pas de votre compagnon qui vont les réveiller dans leur cocon !

Pour traiter nos chiens, chats, lapins ….souffrant de pulicose. Il existe de nombreux produits sur le marché pharmaceutique :

Les plus à la mode sont présentés sous forme de pipettes « spot on » que l’on dépose sur la peau au niveau du cou, il faut renouveler cette application tous les mois impérativement.

D’autres produits sont imprégnés sur un collier appelé antiparasitaire. Pour leur durée d’activité, reportez-vous aux normes du fabricant indiquées sur la boîte.

Il existe également des traitements à faire absorber oralement par votre chien ou votre chat. Ce médicament systémique tue les puces qui viennent se nourrir et empêche leur reproduction, également à administrer mensuellement.

N’oubliez pas aussi de vermifuger régulièrement nos amis, surtout s’ils ont souffert de pulicose. 

Après ce choix de traitement, n’oubliez pas que le cycle reproductif se réalise sous vos pieds à même le sol de l’appartement : aspirez très soigneusement, chaque interstice est un abri à puces  puis après cette activité méticuleuse : jetez le sac de l’aspirateur, il a été prouvé en laboratoire que les puces ressortent par le tuyau dans votre placard ! De même n’essayez pas de les noyer : les puces peuvent nager pendant 72 heures.

Encore le réchauffement de la planète : à cause de modifications climatiques ou du chauffage central dans nos immeubles, la saison des puces ne se limite plus à l’automne, nous en voyons toute l’année dans nos cabinets de consultation, il faut maintenant s’en prémunir du 1er janvier au 31 décembre, c’est dit !

 

LES FENETRES OSCILLO-BATTANTES = DANGER PERMANENT !

 Ce n’est pas la première fois que nous parlons des fenêtres oscillo-battantes mais il n’est pas inutile de rappeler aux propriétaires de chats que celles-ci représentent un réel danger pour leurs compagnons chats. Il est fréquent que nous soyons appelés par des adoptants désolés et chagrinés d’avoir été la cause de la mort de leur chat bien-aimé.

Décès qui, je peux vous l’assurer, se passe dans d’horribles souffrances et une mort lente.

Toutes les fenêtres des nouvelles habitations en sont munies et même si vous êtes amenés à changer vos châssis,  ceux-ci sont d’office équipés de ce système.

Le chat, sentant l’air frais sera tenté de sortir par n’importe quel moyen et, coincé dans cette fente formant un V, il ne pourra plus ni avancer, ni reculer étant donné que la structure du châssis est un matériel lisse et qu’il ne pourra y rentrer des griffes afin de se mouvoir.

Si vous êtes un peu bricoleur, il y a moyen de fabriquer un angle plat, en bois éventuellement et rentrant dans la fente de la fenêtre, permettant ainsi à votre chat de disposer d’un appui plat sur lequel il aura une meilleure stabilité. Mais dans tous les cas évitez d’employer ce système d’ouverture si votre chat se déplace chez vous au gré de sa fantaisie. Pensons pour eux  et dites-le autour de vous. Un conseil doit être dit et répété. Un accident est tellement vite arrivé et celui-ci est particulièrement ridicule!

 

     

        Allo Docteur, pourquoi faut-il vacciner nos animaux de compagnie

Selon les statistiques moins de 50% de nos animaux domestiques seraient médicalisés. Cela signifie que beaucoup trop d’animaux de compagnie ne sont pas protégés contre les maladies contagieuses.

Comme chez tous les mammifères, les chiots et les chatons reçoivent des anticorps par le lait maternel, ce qui les protège pendant plus ou moins 8 semaines contre les maladies contagieuses. Pour prolonger cette défense, il est absolument nécessaire de leur injecter des vaccins, ceux-ci contiennent une certaine quantité de virus ou de bactéries qui ont, soit été « atténués », soit « tués » afin de stimuler le système immunitaire qui va fabriquer des anticorps à durée variable.

Il est primordial que le vaccin soit administré préventivement parce que, quand la maladie se déclare, il est trop tard. On ne vaccine que des animaux vermifugés et en bonne santé ! Lorsque votre vétérinaire indique la vaccination dans le passeport de votre animal, il colle certaines étiquettes qui, selon un code établi, indiquent quel vaccin a été administré.

LES VACCINATIONS COURANTES CHEZ LES CHIENS

La maladie de Carré : étiquette C ou D (de l’anglais distemper)

Cette maladie infectieuse est due à un virus de la famille des paramyxoviridae proche de la rougeole humaine qui affecte tous les canidés (chiens, renards…) et tous les mustélidés (furets, loutres……). Le virus est inhalé par le nez et la bouche du chiot au contact d’un animal malade. Ce virus ne résistant pas dans le milieu extérieur, le contact est ici nécessaire. Au départ du système respiratoire, par voie sanguine le virus envahit les systèmes digestif et nerveux et provoque la mort en 2 à 4 semaines après la contamination. Il arrive que certains chiens n’ayant pas reçu les rappels de vaccination développent directement les symptômes neurologiques, comme par exemple des crises d’épilepsies séquelles de l’encéphalite virale.

La parvovirose : étiquette P

Elle est causée par le Parvovirus, qui est proche du typhus du chat (Panleucopénie). Le virus est disséminé dans le milieu extérieur à la faveur des selles diarrhéiques d’un chien malade, il peut y résister pendant des mois si les conditions climatiques sont favorables. Ce virus au tropisme digestif se propage dans la moelle osseuse, y détruit les cellules souches et provoque rapidement la mort.

L’hépatite infectieuse : étiquette H (maladie de Rubarth)

Cet Adénovirus se transmet par les sécrétions des chiens malades : salive, urines, matières fécales, la contamination provoque une très grande fatigue. Une séquelle de cette maladie est aussi appelée « la maladie de l’œil bleu » parce que l’œil devient opaque. 

La leptospirose : étiquette L

La responsable est ici une bactérie spirochète vivant uniquement en milieux aqueux. Le principal responsable est le rat. Les animaux malades éliminent les bactéries dans leurs urines et contaminent ainsi d’autres animaux et parfois l’homme !

Depuis une dizaine d’années, de nouveaux serovars sont apparus en Belgique, et par conséquent, les vaccins ont récemment évolué, protégeant contre les leptospira interrogans serovars 1.Canicola 2.Icterohaemorrhagiae  3.Bratislava 4.Grippotyphosa.

Cette bactérie pénètre dans les organismes soit par la peau soit par les muqueuses. Elle provoque une vasculite généralisée pour détruire les reins et le foie et provoquer une mort rapide.

La toux du chenil 

Il s’agit d’une infection des voies respiratoires due à l’association d’un virus Parainfluenza canin : étiquette Pi et d’une bactérie Bordetella Bronchiseptica : étiquette Bb qui se déclare principalement quand plusieurs chiens sont en contact dans un espace réduit comme aux cours d’obéissance, lors d’un séjour en pension ou dans un chenil, ou encore lors d’un partage de bâtons ou de balles.

Deux sortes de vaccins sont présentes sur le marché :

  1. Par voie intra nasale : dans ce cas le chien doit être vacciné minimum 72 heures avant une période de risque, puis un rappel annuel.
  2. Par injection sous-cutanée : dans ce cas, il faut faire deux injections à un mois d’intervalle, pour être protégé, puis également un rappel annuel.

La rage :   étiquette R

Elle est transmise par la salive : par morsure ou léchage de plaie, tous les mammifères dont l’homme et les oiseaux peuvent être victimes. Après contamination, le virus atteint le cerveau en suivant le trajet des nerfs et provoque la mort par paralysie musculaire. Il est interdit par la loi de traiter un animal qui a la rage, celui-ci devra être euthanasié. La vaccination est obligatoire pour tout séjour soit à l’étranger, soit au sud du sillon Sambre et Meuse, soit encore en camping en Belgique.

Les principaux moments où votre chiot recevra ses premiers vaccins :

1er   :     entre 6 et 8 semaines

2ème :    entre 12 et16 semaines

3ème :     pour ses 1 an

Ensuite des rappels sont nécessaires pour renforcer son immunité

 

 LES VACCINATIONS COURANTES CHEZ LES CHATS 

Le typhus ou panleucopénie : étiquette P

Le responsable est ici le Parvovirus, proche de la Parvovirose du chien, il est très résistant dans le milieu extérieur. Chez les félins aussi, ce virus détruit les cellules du système digestif puis celles de la moelle osseuse. Lorsqu’une chatte non vaccinée est contaminée pendant sa gestation, ses chatons naissent ataxiques par hypoplasie cérébelleuse ce qui les empêche de marcher ou de se tenir debout.

« Le coryza du chat » : est dû à l’association de deux virus et de bactéries

Le virus de la rhinotrachéite (herpès félin) : étiquette R, et le calicivirus félin : étiquette C se transmettent par la salive lorsque les chats feulent ou éternuent, les virus se retrouvent dans l’air ambiant et provoquent rapidement des symptômes respiratoires, tels éternuements, toux et conjonctivite. Le calicivirus en particulier provoque des lésions aphteuses buccales très douloureuses qui empêchent le chat de se nourrir. Après guérison, le chat peut rester porteur de la maladie qui peut refaire surface suite à un stress ou une autre maladie.

La chlamydiose : étiquette CH

Cette affection bactérienne due à Chlamydia Psittaci peut notamment compliquer les symptômes respiratoires du coryza, aggraver la conjonctivite et envahir les appareils digestif et reproducteur.

La leucose : étiquette Felv

Le responsable est un virus leucémogène, il s’agit d’un rétrovirus qui fait partie des oncovirus. Il provoque un syndrome d’immunodéficience et formation de tumeurs du système lymphatique. Il se transmet de chat à chat par morsure, saillie ou même inutéro. Les symptômes apparaissent plusieurs mois à plusieurs années après la contamination, le virus va attaquer tous les systèmes de l’organisme. La maladie est incurable et mortelle. La primovaccination se fait en 2 doses à 3 ou 4 semaines d’intervalle, puis les rappels seront annuels.

Actuellement, il n’existe pas de vaccin :

  1. contre le virus de l’immunodéficience F.I.V. ou « sida du chat ». Ce virus se transmet aussi par morsure ou saillie et in utéro, il se réplique dans les lymphocytes T et les Macrophages. Dans une colonie de chats infectés, on peut observer deux ans après le début de l’épidémie que 20% sont décédés, que 50% sont sans symptômes et que les autres restent porteurs.
  2. La péritonite infectieuse féline P.I.F. Le responsable est le coronavirus qui se réplique dans l’appareil respiratoire supérieur puis se fait transporter dans l’organisme par les macrophages et va ainsi créer une inflammation périvasculaire généralisée de tous les vaisseaux sanguins. On décrit une forme sèche ou pyogranulomateuse et une forme humide par épanchement abdominal.

Les principales étapes vaccinales chez les chats :

1er     la primovaccination entre 6 et 8 semaines

2ème le premier rappel entre 12 et 16 semaines

3ème le deuxième rappel vers 1 an.

A vous de vérifier avec votre vétérinaire habituel si votre animal est en ordre de vaccination !

Docteur vétérinaire Christiane LOEMAN.

Administrateur chez HELP ANIMALS